Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.

L'Institut de la Médiation dans l'Espace Francophone

Cet institut est né de différentes rencontres internationales auxquelles ont participé des professeurs d’université, des magistrats, des avocats et des praticiens de la médiation.

A Verviers (Belgique) tout d’abord, lorsqu’en avril 2010 les premières rencontres questionnaient la culture et les lacunes du fonctionnement de l’institution judiciaire.

A Sant Angiolino (Italie) ensuite, lorsqu’en juillet 2010, les secondes rencontres ont exploré les tréfonds du sentiment de justice ou encore de la médiation.

A Milan enfin, lorsqu’en avril 2011, les troisièmes rencontres ont répondu à la question : « Qu’est-ce que être médiateur ? Et surtout, comment être un bon médiateur ? »

C’est à Pouilly, au Château des Granges, en septembre 2011, qu’il est apparu souhaitable d’institutionnaliser la réflexion commune à cette cinquantaine de participants, sous la forme d’une fondation internationale de droit belge, l’IMEF.

Les rencontres du Québec, en août 2012, ont concrétisé la volonté d’agir de l’IMEF par une formation, notamment, à la médiation organisationnelle et à la justice participative (Université de Sherbrooke, HEC Montréal, Université de Montréal, Université Laval,…) et une rencontre avec des médiateurs de terrain, des juges, des professeurs d’université.

Notre Institut de la Médiation dans l’Espace Francophone veut offrir aux praticiens de la médiation un centre francophone de ressources. La première finalité sera basée sur l’ouverture des formateurs et des praticiens de la médiation à de plus larges représentations conceptuelles, à des pédagogies contribuant à promouvoir une justice organisationnelle et participative prenant en compte les besoins les plus essentiels, de nature étique : respect, reconnaissance, autonomie et responsabilisation.

L’IMEF se propose également de rechercher des tiers financeurs pour les prestations de médiateurs et de formateurs, de veiller à ce que tous ces projets se standardisent en intégrant des ressources externes sans se limiter aux seuls viviers nationaux et, enfin, d’obtenir que soient prises, par les autorités tant nationales qu’internationales, les mesures réglementaires aptes à consolider le crédit des médiateurs.

Vous êtes intéressé par la médiation ?