Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.

Groupe de réflexion éthique des médiateurs

Le Groupe de réflexion éthique des médiateurs (GREM) est une création collective qui fait suite à différentes analyses, ou réflexions, entendues et partagées au cours des séances d’analyse des pratiques Professionnelles de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

En effet, une certaine idée de la normalité s’est déployée concernant le concept de médiation, de même que l’impérieuse nécessité de préciser ce qu’on entend par là. En témoigne le colloque universitaire qui s’est tenu les 1er-2 mars 2018 en Italie, à Padoue, sur le thème L’essentiel de la médiation : vers un consensus sur le concept dans les sciences humaines et sociales.

La beauté conceptuelle s’estompe progressivement. Le développement de la médiation dans les divers horizons de la vie quotidienne banalise une pratique qui est assez plurielle pour ne pas dire confuse, car amalgamée à d’autres modes d’accompagnement des différends. La machine s’emballe et ne semble produire de valeur que celle propre à satisfaire un productivisme d’appareil qui fragilise l’acte singulier de penser. L’emballement médiatique essore la beauté du concept dans une économie pratique avec une disparition de sens. L’éthique ne fait plus le poids face à la puissance de cet emballement et ajoute de la confusion. Cette normalité, pensée molle, risque de côtoyer la médiocrité, et de la hisser au rang d’autorité.

Le GREM ne se propose pas de rassembler des «ermites de la masse silencieuse», ni de réunir le cercle des médiateurs disparus, mais bien d’essayer de réhabiliter le savoir en gai savoir.

L’éthique est une visée, d’après LEVINAS. Elle nous met en perspective les uns par rapport aux autres. La médiation est avant tout une rencontre, une situation idéale de parole pour parler vrai. Être dans une proximité d’humanité, c’est-à-dire faire advenir l’être entre les personnes. Le GREM se donne pour mandat de porter une réflexion rationnelle. Ce n’est pas ce que je fais qui est important, mais bien, comment je le fais, qui ouvre à la dimension éthique. Les principes déontologiques ne seraient pas seulement la boîte à outils de la recommandation éthique, mais l’art de vivre d’une pratique. Je ne défends pas les principes déontologiques, ce sont eux qui m’ancrent, m’assurent dans ma pratique.

La prochaine rencontre du GREM sera centrée autour du concept en prenant appui sur les définitions multiples de la médiation .Du concept aux principes et aux recommandations, la feuille de route est orientée vers, non pas un concept-slogan, mais vise à promouvoir une argumentation réelle dans une discussion juste. Autre sujet, par exemple, le serment dont on parle abondamment pour figurer sur une liste de Médiateurs auprès des Cours d’Appel.

C’est un pari ! Les bonnes intentions sont là, l’envie est là, des personnes ont décidé d’offrir de leur temps pour réfléchir et ... écrire.

Peut-on argumenter sans se mettre en danger ? Oser argumenter, c’est d’une certaine manière, s’exposer et s’exposer deviendrait un risque ! C’est l’autre pari… d’additionner nos sagesses.

Pierre Grand, Associé d’Amorife International, association adhérente de l’ANM

Vous êtes intéressé par la médiation ?