Des professionnels dans
tous les domaines de compétence
au service de la médiation indépendante.

La médiation de projet : un processus sécurisant

« Le "Business Plan" pour notre projet, c’est remplacer le hasard par l'erreur ! » me confiait un jour mon brillant collègue contrôleur de gestion, avec lequel je travaillais au marketing chez un constructeur automobile.

Nous avions passé nos 5 dernières semaines à « valider », re-valider, re-travailler les scenarii de notre projet sur des progiciels, des tableurs, des matrices en 3D et avions associé tous les experts, pour mettre en évidence des niveaux de marge insolents, des courbes de croissance qui donnent le vertige, nous tenions sans aucun doute possible la martingale du succès…

Après un passage express pour validation de notre projet en Codir, qui fut remporté haut la main, nous passions enfin à la question jugée secondaire jusqu'alors :

Mais quelle équipe serait en charge de ce dossier ?

Est-ce que Bruno serait intéressé ? Il est plutôt sur le projet « réseau » en ce moment non ? Ou alors on positionne Sophie pour lui seconder, mais ça ne va pas lui plaire. Sinon, il y a Sarah qui vient de boucler le dossier précédent, mais pas certain que ça l’intéresse, elle est en mobilité, non ? pour combien de temps ?, ah, elle est déjà partie ! Oui, je sais, Benoît vient d’arriver, il est pas mal, mais il ne s’entend avec son équipe, il est brillant, mais son style ne passe pas trop… et puis il y a la réorganisation des services, les équipes vont bouger…

Petit moment de solitude : Exit nos calculs, nos certitudes, nos plans d'actions, nos médailles...

Le regard vague de mon collègue, en disait long sur son désarroi, je respire et le provoque un peu avec un sourire :

« Bon c'est pas gagné en fait, manquent les bonnes personnes et c'est peut-être pas le bon moment, non ? »

Effectivement, après un tour de table infructueux aux RH les semaines suivantes, nous avons finalement jugé plus sage de ranger notre BP au placard pour le représenter l'année suivante.

Cette introduction ludique, inspirée de faits réels me permet de vous faire toucher du doigt « Le point de Bascule », auquel sera confronté tout porteur de projet en entreprise qu'il soit personnel ou professionnel, individuel ou collectif.

Ce moment crucial qui surgit lorsque, ce que l'on avait imaginé, même avec la meilleure préparation, se confronte à la réalité, à « la vraie vie », celle faite de chair et d'os, le FACTEUR H… Sans démagogie, j'affirme d'expérience, que ce qui conditionne l'arrivée à bon port, n'est pas la qualité intrinsèque du navire, ou de sa voilure, mais bien du talent du capitaine et de son équipage à manœuvrer sur un océan d'incertitude.

C'est par extrapolation, tout l’intérêt de la démarche de progrès individuelle et collective que propose la médiation de projet.

Pour mobiliser les équipes, il y a bien la méthode américaine, déclinaison primaire de notre méthode « Coué », qui consiste à toujours positiver, féliciter, remercier tout le monde en toute occasion, en s'exclamant, la main sur le cœur à la cafeteria, que l'équipe est géniale, fantastique, merveilleuse, même ceux qui ont été virés la semaine dernière, on ne leur en veut pas pour autant d'être parti vers d'autres flots...

La médiation de projet ne porte évidemment pas sur ce terrain de jeu superficiel, mais bien sur le fond, la mise en place concrète, dès son origine, d'un processus sécurisant qui permet d'anticiper, résoudre et gérer efficacement la qualité de la relation dans un groupe qui se rassemble.

Le point de départ de la démarche est d'instaurer la confiance et identifier, ce que Piaget qualifie de “conflit socio-cognitif”, que rencontrera chaque collaborateur dans son apprentissage de nouvelles méthodes, de nouvelles approches qui vont le déstabiliser.

Un projet, est un organisme vivant qui se nourrit de ses incertitudes, de ses virages à 180°, de ses imprévus, de ses étapes accomplies, de la satisfaction des intérêts mutuels et des besoins des individus qui le porteront jusqu'à son terme.

L'intervention du Médiateur à l’écoute généreuse, à la posture neutre, indépendante, "multipartiale", sa recherche d'émergence de solutions dans la conduite du processus permettra à chacun de s'exprimer et d'écouter dans un cadre confidentiel et constructif pour clarifier les différends, désamorcer les conflits, lever les incompréhensions dans un respect mutuel, pour que chacun avance dans le même sens, au même rythme.

Contrairement à la position d’un conseil juridique, d’un comptable, d’un mentor, d'un coach, du tuteur, d'un consultant, le médiateur ne connaît ni le projet, ni les personnes, il n’a pas d’intérêt sur le résultat.

Il ne donnera jamais son avis, même s'il dispose, d'une bonne expérience du secteur dont il est question et conduira le processus de médiation en renvoyant, tel un miroir bienveillant et fidèle, chacun à ses responsabilités, ses ressentis, ses besoins.

Démarche quelque peu déroutante pour ceux qui ne connaissent pas la pratique ou n'osent pas « se jeter dans l'arène » pour reprendre le titre de l'ouvrage référent de Thomas FIUTAK et Gabrielle PLANÈS, mais un atout indispensable pour ceux qui savent la pratiquer et donner à leur feuille de route, lisibilité, agilité, attrait, en canalisant les énergies et les envies « d'aller plus vite, plus haut et plus fort » dans le sens de la performance collective. Ainsi est la raison simple de la nécessité pour une entreprise de faire intervenir un médiateur dans son projet.

Parce que l'anticipation, la cohérence, la prévention n'ont pas de prix face à la sanction destructrice de l'échec et le coût du contentieux, mais aussi parce que l'intégration de l'humain au cœur du sujet est une évidence occultée trop souvent par le règne du Big Data, qui sait tout, devine tout, prévoit tout, sauf l'essentiel… les réactions et la qualité de la relation humaine dans un écosystème.

Mais aussi, parce que l’ANM est la première association non corporatiste de Médiateurs pluridisciplinaires, qui regroupe des profils variés, issus de tous les secteurs d'activités, de toutes origines professionnelles.

Chers Confrères, chères Consœurs, sortons du cadre judiciaire et conventionnel, mettons notre Savoir-Faire au service des entreprises, TPE, PME, PMI, elles ont tout à y gagner…

Faisons reconnaître pleinement notre rôle d'aiguillon social, au service « du mieux vivre et travailler ensemble au 21ème siècle », étape importante d'une reconnaissance plus générale de notre métier encore en devenir.

Éric Kirsnewaz, Administrateur

Vous êtes intéressé par la médiation ?